Top Banner Image
impact-emotions-banner
Top Banner Mobile Image
impact-emotions-banner
bpost media

Le Direct Mail va droit au coeur !

Le Direct Mail possède un pouvoir émotionnel élevé et contribue à accroître l’attachement à votre marque. Découvrez ci-dessous les chiffres et infos clé sur l’impact émotionnel du Direct Mail.

Le Direct Mail, générateur d’impact émotionnel

Tous les annonceurs rêvent de prendre une place dans le coeur des consommateurs et de compter parmi eux un maximum de brand lovers (qui vont généralement de pair avec des heavy brand buyers).
Selon une étude récente (Re-evaluating Media, the Belgian edition – Ebiquity, août 2019), ce sont le cinéma et les magazines imprimés qui parviennent le mieux à générer cet impact émotionnel fort. Le Direct Mail prend la troisième place de ce podium envié.
   Le Direct Mail reçu dans la boîte aux lettres provoque peu de réactions négatives, de rejet, ou d’agacement. Pourtant lorsqu’on demande aux annonceurs quel média suscite une réponse émotionnelle positive (Re-evaluating Media, the Belgian edition – Ebiquity, août 2019), ils ne le place qu’en 9ème position. Leur perception est fausse, il est clairement temps de revoir le mix média pour un meilleur impact émotionnel et de meilleurs résultats.

Direct Mail vs Digital

impact-emotions

 

  • Traiter une information imprimée sur papier demande 21% d’effort cognitif en moins que sur écran.*
  • 75% des destinataires d’une Direct Mail se souviennent de l’identité de l’expéditeur d’une communication contre seulement 44% pour une publicité digitale.*
  • La « motivation response » (ou force de persuasion) du Direct Mail est 20% plus élevée que pour un média digital.*
On aime le Direct Mail

62% des consommateurs préfèrent recevoir une lettre qu’un e-mail.**

 

On le garde

86% des consommateurs conservent leur courrier dans un endroit en vue pendant 4,5 jours en moyenne après l’avoir lu. Et 67 % des consommateurs le gardent en mémoire pendant 9 jours.***

 

Il est mieux accepté

Une étude montre que nous avons une grande tolérance pour le Direct Mail : seulement 15% des consommateurs le considèrent comme irritant contre 37% pour les e-mails commerciaux. Et seuls 6% d’entre eux considèrent que le Direct Mail les dérange dans leurs occupations, contre 21% pour l’email.****

Sources :
*The neuroscience behind the response-driven power of direct mail, Canadian Post, 2015
**Paper Reach Survey, Profacts, 2020
***Customer Journey, IPSOS, 2016
****Ad’titude Tracker wave 2, AQ Rate, 2019