Nos experts offrent un soutien et des conseils sur la préparation et l'évaluation de vos campagnes, une expertise média et une inspiration sur In-Home Advertising. Contactez nos Media Experts.

Contactez nos Media Experts
Petra De Roos et Jordi Van Geert
13 octobre 2021 - 7 Minutes Temps de lecture

 

 

Petra et Jordi de LDV United parlent des stages et des débuts professionnels en période de coronavirus

 

Petra De Roos - Jordi Van Geert

 

Qui est Petra De Roos?  A fait ses premiers pas chez LDV en 1997 en tant que stagiaire. Aujourd’hui, elle est managing mirector de LDV United, l’agence publicitaire de Special Olympics, Torfs, Devos Lemmens, Brugge kaas, Sport Vlaanderen, Het Nieuwsblad et une pléiade d’autres clients nationaux et internationaux

Qui est Jordi van Geert? A démarré chez LDV United lors d’un stage en 2017 et est régulièrement revenu au Rijnkaai en tant que jobiste pendant les vacances. Après avoir obtenu un Master en Sciences de la Communication, il a débuté au poste d’account executive en pleine période de coronavirus.

 

forme rouge

 

''L’agence de publicité LDV United se décrit comme étant The People’s Agency. Mais comment exprimer
cette identité au coeur d’une période aussi turbulente ? Dans vos relations avec vos collaborateurs en
général et avec les stagiaires et débutants en particulier ? Nous avons mené une vidéoconférence
avec la managing director Petra De Roos et l’account executive fraîchement recruté, Jordi Van Geert.''

 

image 1

 

Le coronavirus a frappé, le circuit informel a disparu

« Nous nous demandions si nous allions encore proposer des stages », admet Petra. « Mais je suis ravie que nous continuions à le faire, bien que ce soit désormais beaucoup plus difficile pour les stagiaires et débutants. Le circuit informel a totalement disparu. » Un manque qui se ressent de plus en plus au fil des mois, estimet- elle. « Nous avons peu à peu l’impression de gravir la pyramide de Maslow. Enfin... la version 2.0, basée sur une bonne connexion WiFi », précise- t-elle avec un clin d’oeil. « Lors du premier confinement, nous avons planché sur le réseau à domicile, la qualité de nos chaises de bureau, les formalités relatives au “preteaching”,… Une fois ces besoins fondamentaux satisfaits, le télétravailleur aspire de nouveau à plus : contacts sociaux, appréciation, épanouissement... ». Jordi approuve : « C’est là que résident les goulets d’étranglement pour un novice. On démarre sans cadre de référence. On veut faire ses preuves mais on ne sait ni où ni comment. En ce qui me concerne, j’ai eu la chance de découvrir LDV avant la crise sanitaire et de démarrer sur les chapeaux de roues. »

Trop peu de temps pour se fier au hasard

D’après Petra, les stagiaires et débutants sont les principales victimes de la nouvelle efficacité engendrée par le télétravail et les vidéoconférences. « Nous avions sous-estimé l’importance du hasard. L’enchaînement des appels est bien plus structuré qu’une journée standard au bureau. Les moments informels, où l’on se rendait mutuellement meilleurs et plus intelligents (volontairement ou non), ne sont plus qu’un souvenir. » Pour Jordi, les travailleurs débutants doivent encore relever un défi supplémentaire :
« Normalement, on pose des dizaines de questions au cours d’une journée de travail. Maintenant, il faut les regrouper. Les entreprises devraient faciliter cette démarche. Sans ces repères, les personnes inexpérimentées vont droit dans le mur. »

 

Texte-Petra

 

Moment -café et petite mousse autour du Super Bowl

LDV United met tout en oeuvre pour compenser la disparition du circuit informel au moyen d’autres initiatives. « Lors du premier confinement, nous tenions un registre indiquant qui avait déjà téléphoné à un collègue », explique Petra. « Nous pouvions ainsi nous assurer que personne ne passe entre les mailles du filet. Nous nous envoyions des cartes les uns aux autres. » Les collaborateurs ont même eu droit à des bières et du popcorn pour regarder ensemble les spots du Super Bowl. Des moments-café sont en outre régulièrement organisés dans chaque équipe. De petits groupes mènent alors une téléconférence informelle sans ordre du jour. « Il s’agit là de réunions décontractées. Nous prenons ce type d’initiative car nous avons le sentiment que les gens en ont besoin. Et parce que cet état d’esprit est ancré dans notre culture d’entreprise. »

Liberté et responsabilité

Elle offre une grande liberté. Mais cette dernière implique aussi une prise de responsabilité et une évaluation adéquate de ses capacités. Même si on risque de perdre quelque peu les pédales en tant que télétravailleur débutant en pleine crise sanitaire. « Ce n’est pas l’idéal quand on vient juste de démarrer », se rappelle Jordi. « Mais tout le monde a intérêt à ce que vous ayez le courage et la possibilité de tirer la sonnette d’alarme. Deux semaines après avoir signé mon contrat à durée indéterminée, j’ai fait remarquer que j’avais trop de travail. Ce signal a été apprécié. J’ai pu en discuter avec les Account Managers et nous avons trouvé une solution. » Mais alors, sont-ils vos mentors ou vos « onboarding-buddies » ? Jordi rit : « Ce n’est certes pas ainsi qu’ils m’ont été présentés. Mais ils m’apprennent beaucoup et je sais que je peux compter sur eux. »

Tout le monde peut être un mentor

« Le fait de tirer cette sonnette d’alarme était une belle preuve de maturité de ta part », confirme Petra. « C’est à nous, en tant que management, qu’il incombe de créer un environnement où les collaborateurs prennent ce type de responsabilité. Il y aura toujours des collègues capables de faire certaines choses un peu ou beaucoup mieux que vous. Et de notre côté, nous devons faciliter au maximum les contacts auprès de ces personnes. Pour que le mentorat soit encore plus simple. Tout le monde peut en effet devenir mentor de ses collègues. »

 

Petra De Roos - Jordi Van Geert

 

The People's Agency: un savant mélange entre wealth...

LLDV United a été élue Best Place to Work en 2020 par MM et PitchPoint. L’entreprise affiche en effet un Net Promoter Score spectaculaire de 87. Quelle est la recette secrète de The People’s Agency, descriptif de plus en plus souvent invoqué par LDV United dans son positionnement sur le marché ? Petra n’hésite pas une seconde : « Nos collaborateurs, l’aspect “people”. Ils sont au coeur de notre culture. Ils amènent nos marques chez les gens. Nous voulons atteindre cet objectif ensemble, d’une façon humaine, en combinant intelligemment “wealth” et “health”. Au début de la pandémie, nous nous préoccupions surtout de la situation économique de chacun. C’est ainsi que nous avons opté de façon linéaire pour le chômage temporaire - united, comme dans notre dénomination, tous égaux devant la loi. Nous avons également adapté le salaire net de tout le monde. En octobre, nous étions tous de retour au travail à temps plein. »

... et health

Peu à peu, l’accent s’est déplacé vers la santé mentale. Souvent via de petites initiatives pratiques. Ainsi, par exemple, nos collaborateurs peuvent demander l’aide de nos informaticiens s’ils rencontrent des problèmes avec Smartschool dans le cadre de l’enseignement à domicile. Vous pouvez appeler un coach externe à n’importe quel moment et en toute confidentialité. Jordi apprécie les initiatives prises par LDV United pour lui et ses collègues : « Cela fait du bien de voir tout ce qui se passe chez nous. Cette effervescence facilite considérablement les débuts professionnels en période de coronavirus ». Petra doit se rendre à sa réunion en ligne suivante. Elle résume la conversation en disant : « Chez LDV United, nous n’avons pas l’ambition de rendre heureuses les personnes malheureuses. Nous voulons offrir un lieu propice à l’épanouissement des gens heureux. »

 

forme rouge

 

Une aide externe pour une résilience accrue

Pendant la vidéoconférence, Petra De Roos précise que les employés de LDV ne sont pas tout à fait livrés à eux-mêmes pour gérer leur bien-être au bureau : « Nous collaborons avec divers partenaires externes. Pas pour sous-traiter la prise en charge de nos collaborateurs. Je ne crois pas à l’efficacité d’une telle stratégie. Mais pour avoir un regard plus neutre sur le plaisir au travail, le stress et les risques de burn-out. » Chaque employé peut toujours contacter un coach externe en toute confidentialité. « Vous avez déjà parlé de votre type de comportement Lifo® (Life Orientations) avec cette personne et elle vous connaît donc relativement bien. Une telle analyse Lifo® vous permet vraiment de cerner votre identité profonde. Mais elle offre aussi un vocabulaire commun pour dialoguer sur le comportement et la communication. C’est extrêmement pratique. » LDV United travaille également en étroite collaboration avec le Centre de Résilience de la Professeure Elke Van Hoof. Petra admire surtout sa vision scientifique du bien-être au travail : « Loin des petits nuages, les pieds bien sur terre. Il est bon de savoir qu’une telle personne peut examiner votre organisation avec un certain recul. D’autant plus qu’on travaille soi-même... à distance. » lifo.co  - www.huisvoorveerkracht.be

 

forme rouge

 

Sparkle Jef Vyncke

JOIGNENT L’ACTE À LA PAROLE

Un article sur les stages et le mentorat ? Ce serait bien de l’écrire avec un aspirant-journaliste,
nous sommes-nous dit à la rédaction. Jef Vyncke a combiné son stage chez VRT NWS avec ce reportage. Gregy Vergauwen l’a encadré et lui a demandé, dans la foulée, d’être mannequin de couverture pourcette édition.

Jef Vyncke

 

 

ligne rouge et bleu

 

 

Questions aux stagiaires

 

Pour de nombreux étudiants en marketing et communication, leur stage est la première véritable immersion dans la vie professionnelle. Mais comment cette initiation se déroule-t-elle quand on ne peut pas se rendre physiquement sur son lieu de stage ? Nous l’avons demandé au premier contingent de stagiaires corona

Lisez l'article